Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

Présentation du projet

L’Union des Groupes d’ Etudes et d’Actions pour le développement de Fizi-Itombwe, UGEAFI en sigle, est une organisation non gouvernementale locale qui œuvre dans les  Moyens et Hauts Plateaux de Bibokoboko du Territoire de Fizi, Province du Sud-Kivu en République Démocratique du Congo.

Durant ces dernières années, les populations de Bibokoboko ont ponctuellement été confrontées à des problèmes sécuritaires de diverses natures (affrontements cycliques des groupes armés locaux avec les éléments de la FARDC, viols et violences sexuelles, pillages et autres formes d’exactions) ayant provoqué le déplacement et des refuges de populations respectivement d’une manière interne et vers les pays limitrophes au Burundi, Tanzanie, Ouganda et au Rwanda.

Depuis fin 2009, en dépit de quelques incidents et problèmes sécuritaires localisés, la zone a toutefois retrouvé davantage de stabilité, créant ainsi un cadre plus favorable aux retours des  milliers des ménages déplacés internes et refugiés dans ces pays voisins respectifs. Ainsi d’après les autorités de la contrée, plus de 80% de la population actuellement résident à Bibokoboko, sont des ménages qui sont rentrés depuis les 5 dernières années dans leurs villages d’origine.

Confrontés aux difficultés liées à ce type de mouvement de la population (abandons des récoltes et  manque des réserves semencières, et détérioration des terres, perte et/ou pillage du bétail, délabrement de l’habitat, etc.), ces populations n’ont été que très insuffisamment assistées et appuyées par les humanitaires dans le cadre de leur réinsertion socio-économique durable.

Des évaluations faites sur le plan de la sécurité alimentaire, il s’est observé les faits ci-après :

  • La stabilité des populations des Moyens Plateaux de Bibokoboko, de leurs sources de revenus et moyens de subsistance est actuellement menacée par la très faible diversité des moyens de subsistance des populations de Bibokoboko et la forte dépendance des agriculteurs à la culture du manioc placent ces populations dans un état de grande vulnérabilité.
  • Les bananiers ont été ravagés par le wilt bananier et les semences de pomme de terre ont connu une dégénérescence créant ainsi une insécurité alimentaire criante à  cette population de Bibokoboko qui dépendait de ces  cultures  à plus de 90%.

Vu ce qui précède, les faibles capacités de production des populations de ces villages et l’instabilité chronique de leurs revenus (voir les problèmes susmentionnés : mosaïque, forte dépendance à la culture du manioc, à la dégénérescence des semences de la pomme de terre et aux maladies ayant attaquées et ravagées des plants des bananes dans toute la zone) limitent très considérablement leurs capacités de résilience et de relèvement par rapport à ce type de chocs.

Dans le souci de répondre aux problèmes  susmentionnés, l’UGEAFI a mis en place un programme triennal stratégique dénommé TUPIGANISHE UMASKINI. Ce programme  vient renforcer la sécurité alimentaire des ménages et la sécurité de leurs revenus en introduisant des cultures alternatives aux maniocs régulièrement attaqués par la mosaïque. Il sera question d’alterner la culture du manioc avec celle de la pomme de terre et du bananier. Ceci passera par une phase de multiplication des semences à haut rendement par l’intermédiaire des bénéficiaires pilotes. Ceux-ci, après avoir acquis des compétences en méthodes et techniques culturales de pommes de terre et de bananier, relanceront d’autres phases de multiplication afin de disponibiliser des semences à d’autres ménages ;  le souci étant de pérenniser l’action.

Objectifs global & Spécifiques

Globalement, le projet vise à contribuer à la stabilisation des populations de Bibokoboko et au renforcement de leurs capacités de résilience grace à la consolidation et à la diversification de leurs moyens de subsistance.

Spécifiquement, le projet vise à :

-       Assurer, grace à la mise en place de mécanismes locaux et durables de multiplication, une large diffusion de pommes de terre et des bananes plantains à Bibokoboko.

-       Améliorer la sécurité alimentaire et la sécurité des revenus  des ménages par la mise en place de mécanismes locaux et durables de diffusion de bananes plantains ;

-       Renforcer les capacités des producteurs des moyens plateaux de Bibokoboko en méthodes et techniques culturales afin d’augmenter la production en quantité et en qualité de ces deux spéculations.

-       Renforcer les capacités des producteurs des moyens plateaux de Bibokoboko sur l’intégration du genre dans leurs familles respectives.

Activités Réalisées.

 les activités suivantes ont été  implémentées : 

-       Identification  des bénéficiaires des pommes de terre et des rejets des bananes;

-       La délimitation des champs des bénéficiaires des rejets des bananes et le piquetage ;

-       Le démariage, la redistribution et le rachat des rejets des bananes ;

-       L’entretien des champs des bananes par les bénéficiaires ;

-       L’amendement des champs des bananes avec du fumier des fermes ;

-       Le suivi des champs pilotes des rejets  des bananes;

-       La participation à la foire financière agricole ;

-       L’achat et le transport des pommes de terre ;

-       La distribution directe des pommes de terre ;

-       Le semis, l’entretien et la récolte des pommes de terre ;

-       La sensibilisation sur le genre dans les écoles, villages et Eglises;

-       Le suivi et évaluation des activités.

Résultats atteints

Du point de vu des produits, le projet a atteint les résultats intermédiaires suivants :

-      7.500 kg des pommes achetés distribués à 250 bénéficiaires qui ont produits 11.074 kg ;

-      5.294 rejets produits dans les 5 hectares des champs de multiplication des bananes dont 4.236 rejets rachetés et redistribués à 141 bénéficiaires ;

-      1.152 personnes sensibilisées sur le genre dont 709 femmes et 443 hommes à l’issu de 33 séances de sensibilisation.

-      600 personnes formées sur les méthodes et techniques culturales dont 300 pour la pomme de terre et 300 pour le bananier.

Du point de vu de changement provoqué par le projet, les résultats finaux suivants ont été atteints :

-      10 pilotes des rejets de bananes ont scolarisé leur enfants grâce au revenu issu de la vente de 264 régimes des bananes, duquel revenu une partie leur a permis de diversifier leur repas ;

-      250 ménages ont réussi à diversifier leur repas grâce à la production des pommes de terre ;

-      Le genre est tenu compte dans les activités quotidiennes de la population qui s’observe par une nette amélioration sur l’intégration genre dans les ménages des bénéficiaires car  l’exécution des certaines tâches commence à se faire en couple. Les hommes et les femmes font ensemble le défrichage dans 2,3% des cas, le labour à 8,7 % et le sarclage à 40,3% des cas.

Difficultés rencontrées

Demo Content

Photos des quelques activités réalisées.

Cliquer sur les liens ci-dessous pour télécharger le rapport narratif PDF.

Rapport annuel du programme triennal stratégique TUPIGANISHE UMASKINI N° 110055

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.
© 2018 All Rights Reserved - UGEAFI