Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

Brève présentation du projet

Les populations de zones de Mutambala-Minembwe-Itombwe, en territoires de Fizi et Mwenga estimée à 179.050 habitants soient 29.842 ménages des communautés Banyamulenge, Babembe, Bafuliru et Banyindu, ont été confrontés à des problèmes d’ordre sécuritaire et de protection entre autres: affrontements des groupes armés locaux sur base ethnique avec les éléments de la FARDC, l’émergence des coupeurs de route, de pillages systématiques des vaches, enlèvement contre rançon, tortures, assassinats et  violences sexuelles,…

Cette situation a une double conséquence grave sur la cohésion sociale entre
les communautés et leurs conditions de vie socio-économiques. D’une part, les jeunes armés appartenant à des groupes sociaux ont semé la haine, la division, la confusion d’où la naissance d’autres types de conflits dans les communautés. D’autre part, les commerçants qui quittent Bukavu, Uvira et Baraka pour approvisionner les marchés locaux en biens de première nécessité, ont réduit sensiblement leurs fréquences suite aux multiples pillages et exactions causées par les bandits armés sur le tronçon Mutambala-Itombwe-Minembwe en passant par la chaine au point zéro. La population de cette zone avec un état d’esprit d’incertitude trouve une grande difficulté à développer des activités génératrices des revenus par manque de motivation et crainte d’être la cible des hommes en armes.

Pour voler au secours de cette population en vue d’une réponse à ces différents problèmes, UGEAFI a mis en place un projet dénommé « AMANI KWETU » avec comme réalisations :

  • Analyse approfondie du contexte et des enjeux ;
  • Analyse des acteurs clés et de leurs intérêts ;
  • Cartographie des zones de tension et à risque sécuritaire élevé ;
  • Cartographie des structures communautaires de protection existantes ;
  • Mise en place ou redynamisation des comités de protection ;
  • Renforcement des capacités des membres des structures communautaires et des animateurs de protection ;
  • Appui matériel aux structures communautaires de protection ;
  • Organisation des rencontres pour définir les stratégies de réponse/sortie ;
  • Education, sensibilisation, information sur la protection ;
  • Emission radio ;
  • Echanges entre les autorités politico-administratives locales, territoriales et provinciales ainsi que celles de la PNC et OXFAM à Goma ;
Objectifs du projet
  • OBJECTIF GLOBAL

L’objectif global est de contribuer au respect des droits humains et des libertés fondamentales des populations dans les moyens et hauts plateaux de Fizi ainsi que dans le secteur d’Itombwe en renforcent l’accès à la protection de la population.

  • OBJECTIFS SPECIFIQUES

Objectif spécifique 1 : La population des moyens et hauts plateaux de Fizi  ainsi que celle d’Itombwe participe à la mise en œuvre de solution de paix et de sécurité identifiées par toutes les couches de la population ;

Objectif spécifique 2 : les risques sécuritaires et de protection aux quels sont exposés les enfants,  les jeunes, les hommes et les femmes de la zone du projet sont réduits par la collaboration et la redevabilité entre la population civile et les autorités en charge de la sécurité.

activités réalisées
  1. -       Mise en place de 10 comités locaux de protection ;
  2. 3 réunion regroupant 100 personnes (autorités coutumières, leaders communautaires et autorité politico-administratives)
Résultats atteints

Les activités réalisées ont permis d’atteindre les résultats positifs suivants :

3.1. Des acteurs clés aux problèmes sécuritaires et de protection s’impliquent activement dans les activités de protection

Les forces de sécurité  et groupes armés sécurisent les convois des commerçants lors de leurs déplacements d’un marché à l’autre afin de les protéger des coupeurs de route. Ainsi, les FARDC le font du marché de vendredi (MINEMBWE) au marché de samedi (MIKALATI) ; le groupe GUMINO relaye les FARDC du marché de samedi (MIKALATI) au marché de lundi (MAKUTANO), puis du marché de lundi (MAKUTANO) au marché de mardi (RUGABANO) ; les forces de sécurité (PNC, FARDC) relayent le groupe GUMINO du marché de mardi (RUGABANO) au marché de vendredi (MINEMBWE).

Le groupe Maï-Maï MULUMBA, comme des FDLR,  sécurise les bétails qui paissent aux pâturages de Lulenge. Le groupe MASUNGA (ex-groupe Maï-Maï AOCI) basé à KIPOMBO a, en mai 2017, sécurisé les bouviers et leurs bétails en transhumance en accompagnant ces convois de KWIRURU jusqu’à KILEMBWE contre des contributions financières.

Le groupe Maï-Maï  EBUELA est allé à la poursuite des éléments du groupe Maï-Maï ZELAMBUMA  qui avaient volé 15 vaches à LUBUNGA et ont réussi à retourner à leurs propriétaires 14 vaches sur les 15 vaches volées.

3.2. Diminution du nombre d’incidents de protection rapportés par les structures locales de protection

Le nombre d’incidents sécuritaires et de protection  rapportés par les structures locales de paix est passé de 36 cas au premier trimestre de l’année 2017 à  9 cas au deuxième trimestre de cette même année, soit une réduction de 80%.

3.3. Dix (13) cas d’incidents  de protection ont fait l’objet du suivi par la police, l’auditorat militaire et le parquet de grande instance militaire

Sur les 54 cas d’incidents de protection rapportés par les structures locales de protection, 13 cas ont fait l’objet de suivi par la police, l’auditorat militaire et le parquet de grande instance , dont 1 cas de coups et blessures, 2 cas de viols, 2 cas d’attaque à main armée, 4 cas de vols, 1 cas d’extorsions de biens et 3 cas de meurtres ; Soit 24,1% de cas d’incidents de protection rapportés ayant fait l’objet du suivi par les services précités.

3.4. Quatre (4) recommandations ont été exécutées par le commandant de la police, FARDC et les autorités

Sur les 7 recommandations formulées par le chef du projet, 4 recommandations ont été exécutées par les autorités précitées. Il s’agit des recommandations suivantes :

-       le  déploiement des éléments et PNC le long du sentier MINEMBWE-MULIMA dans la forêt de la MUKOKO, à MUSIKA/LULENGE, à KASHASHA ;

-       le déploiement des FARDC dans la région de KAMOMBO, qui a permis le retour d’un bon nombre des familles  déplacées suite aux événements de KAMOMBO du 23 mai au 3 juin 2017 ;

-       la fin des rançonnements aux barrières illégales des commerçants et autres passants par un groupe d’une trentaine de jeunes sur le tronçon KANGWE-BIJOMBO au premier trimestre ;

-       la mise en place, en date du 11 mars 2017, par le chef de secteur d’Itombwe, de deux  comités de vigilance sur le vol des vaches dans le groupement BASIMUNYAKA à la limite d’Itombwe foret et  Itombwe savane.

3.5.  Des membres des communautés reconnaissent que des mesures ont été prises par les autorités pour mitiger les risques sécuritaires

Les résultats de l’enquête  réalisée auprès de 232 membres des communautés dont 116 hommes et 116 femmes, à raison de 58 membres (29 hommes et 29 femmes) par groupe tribal dans la zone du projet indiquent que des mesures ont été prises par les autorités pour mitiger les risques sécuritaires. Ces personnes soulignent surtout sur le déploiement des forces de sécurité dans des zones réputées dangereuses.

Défis

Les défis de protection restent encore énormes à ITOMBWE, MINEMBWE et MUTAMBALA eu égard au contexte sociopolitique actuel en RDC, si bien que la population et UGEAFI recommandent au bailleur OXFAM Allemagne le prolongement du projet AMANI KWETU en acceptant de le financer une fois de plus.  

Photos des quelques activités réalisées

 Cliquer sur le lien ci- dessous pour consulte en ligne le rapport narratif PDF.

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.
© 2018 All Rights Reserved - UGEAFI